· 

Altitude 445

Il était une fois ... la ferme!

Le bâtiment, construit vers 1900 était ferme: la ferme Piron.

Une bâtisse tri-cellulaire où logis, grange et étables se succèdent, un volume simple et compact, c'est la ferme typique d' Ardenne.

 

Le 17 août 1914, alors qu'il rentrait d'Erezée par le bois, le fermier est abattu par les allemands.

Le travail  ne manque pas; le petit Louis n'a que 6 ans, il secondera sa mère à la ferme! 

 

La ferme Piron est au centre du village, sa façade avant, bien visible est en briques, le matériau du "riche". Sa façade arrière regarde la forêt; plus de briques, mais des pierres, locales bien sûr. A une époque où la main d'oeuvre ne coutait rien, il était bien plus économique de construire en pierres: il suffisait presque de se baisser pour les ramasser!

 

Louis rêvait d'une épouse longue et fine; il épousera Léonie, une femme (très) costaude pour travailler (très) dur à la ferme.

 

 

En 1960, la ferme s'agrandit: une deuxième étable, plus grande que la première, est construite. 

 

Chaque ferme avait son tas de fumier, devant la porte, aux vues de tous. Gros tas de fumier ... gros revenus!

Ici, il s'était fait discret. Cette drôle de bâtisse ou se perche aujourd'hui une terrasse couverte avait pour fonction de dissimuler le fumier. Louis et Léonie n'avaient pas de fille à marier!

 

Les 2 étables étaient chaulées, c'était de mise. La chaux, par son action bactéricide, tue bactéries et  larves d'insectes.

Lorsque nous avons acheté le bâtiment en 2000, nous avons sablé murs et plafonds de la première étable où a pris place "le repos du Nomade". Le sablage a permis de mettre à nu les briques en voussettes du plafond et les pierres des murs.

Bien sûr les vaches n'ont pas connu l'escalier menant à l'espace nuit mais la trémie existait. Une échelle menait au fenil où les ballots de foin étaient stockés.

 

La grande étable est presque encore dans son état original. 

C'est au fenil que s'installera notre gîte "La Chouette s'amuse".

 

Juin, mois de la fenaison. La charretée de foin entrait alors dans la grange (aujourd'hui notre living) , Louis au sommet, armé d'une fourche, lançait le foin au fenil où Léonie, sacrée bonne femme, forte comme 2 hommes, le rangeait. Les ballots déchargés et stockés serviront de nourriture au troupeau tout l'hiver.

 

La ferme comptait 25 vaches. Il y avait aussi des jeunes bêtes et des veaux.

Dans les étables, la vie des bovins était organisées. 

Cornadis en chêne pour les maintenir, râtelier pour le foin, buvettes...

 

Lors de votre passage au "Repos du Nomade", regardez; vous trouverez encore au plafond et  dans les murs quelques "vestiges" de cette époque. 

 

 

 

 

 

Au jardin,  cherchez " la buvette", fixée sur un mur extérieur près d'une terrasse couverte.

Vous verrez aussi 2 petites portes jumelles.

Si aujourd'hui elles abritent la chaudière, il fut un temps où elles fermaient 2 porcheries. 

Enfin voyez ce vieux hangar en bois qui tient debout par habitude. Il en a abrité des machines agricoles! 

 

 

 

Boubiet, le cheval, habitait à l'arrière, derrière la grande étable. Pas de tracteur à l'époque, c'est Boubiet qui tractait la charrue. 

 

 

 

Ressemblait-il à cela Boubiet ? Peut-être ...

Par une belle journée d'été, Louis et Boubiet rentrent à la ferme avec une grosse charretée de foin. Ils viennent du haut du village. 

Les freins du char cassent, l'attelage prend de la vitesse, Boubiet aussi ... La  charette lui fouette les jambes. Il court de plus en plus vite. Louis crie, hurle .... impuissant.

Le carrefour arrive... Bon Dieu! 

L'intelligent Boubiet entre dans la cour d'une ferme légèrement en côte et s'arrête. Ouf, Louis respire.

 

En 1981, Louis se décide à acheter un tracteur et vend son brave cheval. 

Il le regrettera sans doute car, il me fut raconté que le voisin devait venir à son secours; Louis ne savait pas faire marche arrière!

En 1983, Louis prend sa pension. Il décédera 7 ans plus tard.

 

La ferme n'est plus. En 2001, le bâtiment devient  notre maison familiale et 20 ans plus tard, "Altitude 445".